Colloquium

Orateur(s) Arnaud Pierrel - Département de Sciences Sociales de l’ENS Paris,
Titre Le marquage scolaire de l’excellence mathématique : rigueur laborieuse et intuition brillante
Date16/05/2019
Horaire17:00 à 18:00
Résume

Cette communication est le fruit d’une enquête sociologique sur les élèves des classes préparatoires scientifiques (2345 interrogé-e-s par questionnaire) et les logiques de sélection, selon le genre et les origines sociales des candidat-e-s, à l’œuvre aux concours d’entrée scientifiques de la rue d’Ulm (Blanchard, Orange, Pierrel, 2016). Comment expliquer la persistance des inégalités sexuées et selon l’origine sociale même en « bout de course » des parcours scolaires, faisant passer la proportion de filles de 26 % en classes préparatoires scientifiques (MP et PC) à 9 % parmi les admis-e-s à l’ENS et celle des enfants de classes populaires de 17 % des préparationnaires à 2 % des admis-e-s ?

Après un bref examen des pistes d’explication souvent convoquées pour rendre compte de la sous-représentation des filles dans ces filières scientifiques au faîte de la hiérarchie scolaire, nous proposons de souligner le rôle spécifique joué par les jugements professoraux relatifs aux savoir-faire mathématiques des uns et des autres. Nous montrerons alors que les concours d’entrée valorisent différentiellement les compétences cardinales de « l’ethos professionnel des mathématiciens » (Zarca, 2012) que sont la rigueur et l’intuition, définissant par là même un certain rapport aux mathématiques comme constitutif de l’excellence scolaire. Ce rapport d’aisance aux mathématiques est, en classe préparatoire, plus souvent suscité et repéré chez les garçons que les filles et fait l’objet – de manière homologue à la culture lettrée – de transmissions familiales pour celles et ceux dont les parents exercent des professions scientifiques.

Salle
Adresse
© IMJ-PRG