Logo IMJ-PRG
Paris Diderot Sorbonne Université CNRS

Oser l’encyclopédie

Alain Cernuschi, Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron


Quels enseignements pouvons-nous encore tirer de l’aventure de l’Encyclopédie, 250 ans après sa parution ? C’est la question à la base de l’ouvrage Oser l’encyclopédie, co-écrit par Alain Cernuschi, Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron, et publié chez EDP sciences en 2017. Deux des auteurs sont membres de l’IMJ-PRG : Alexandre Guilbaud est maître de conférences à Sorbonne Université, et Irene Passeron est directrice de recherches au CNRS.
Cet ouvrage est à mettre en parallèle avec le projet collaboratif d’ENCCRE, l’Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie de Diderot, de D’Alembert et de Jaucourt.
Voici son résumé.

L’Encyclopédie fut l’ouvrage-phare du Siècle des Lumières. Mais n’est-elle plus, au XXIe siècle, qu’un monument à admirer de loin ? L’objectif de cet ouvrage est de donner envie de la découvrir ou de la redécouvrir.
On trouvera ici l’essentiel de ce qu’on sait aujourd’hui sur ces 28 volumes publiés entre 1751 et 1772 par Diderot, D’Alembert et Jaucourt, troisième éditeur méconnu : ce que fut cette gigantesque entreprise éditoriale, sa construction, ses buts, ses ambitions, les obstacles rencontrés. On suivra l’histoire mouvementée de sa publication. On verra comment cette œuvre aux multiples héritages, est aussi le fruit de multiples innovations, grâce aux nombreux scientifiques, philosophes, écrivains, graveurs et dessinateurs, tous parmi les meilleurs de l’époque.
Qui a fait quoi ? Comment ? Pourquoi ? Dans quel contexte ? Telles sont les questions auxquelles ce livre espère répondre simplement.
À partir des matériaux rassemblés pour l’Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE), mise en ligne en octobre 2017, et grâce aux recherches historiques les plus récentes, les auteurs invitent à un voyage à travers des savoirs encore vivants, dont les résonances sociales et politiques sont en grande partie d’actualité : la place de la rationalité et de l’esprit critique mérite toujours d’être défendue.

Voir en ligne : L’exposition associée