Logo IMJ-PRG
CNRS Paris Diderot Sorbonne Université

Suivi doctoral


Ceci est un bref descriptif des responsabilités des tuteurs pour le suivi doctoral

Un tuteur est un membre permanent du labo assigné à s’assurer du bon avancement de la thèse d’un doctorant pour la durée totale du doctorat. Il n’est pas attendu de lui qu’il soit un expert dans le domaine de recherche du doctorant, ni qu’il discute de mathématiques de façon approfondie avec le doctorant. Il doit établir une relation de confiance permettant au doctorant de se confier sur d’éventuels conflits, même avec son directeur.

Le suivi devrait comprendre trois rencontres par an (octobre, janvier, juin) donnant lieu à un compte rendu très succinct lorsque tout va bien, ou une alerte de la direction en cas de problème sérieux. Le tuteur est supposé orienter le doctorant pour les problèmes mineurs.

Les points à vérifier au cours des entretiens peuvent évoluer avec le temps.

Première année : vérifier qu’il y a un projet écrit et faire le point sur l’intégration du doctorant (surtout pour les étrangers : apprentissage du français, problèmes administratifs).

Tout au long du doctorat : avancement de la thèse, relation entre directeur et doctorant, déroulement de l’enseignement de monitorat, insertion dans la vie du laboratoire (présence régulière dans les locaux, régularité des rencontres avec le directeur, place de bureau, participation à la vie collective, séminaire d’équipe, des thésards, réunions d’équipe, colloques, écoles d’été, interlocuteurs scientifiques en dehors du directeur, définition et réalisation d’objectifs) et dans la vie à Paris (apprentissage du français pour les étrangers, logement, déjeuner).

Dernière année : projet pour la suite : ATER, post-doc, agreg pour docteur, départ dans le privé.

Comité de suivi individuel : La rencontre d’octobre doit aussi servir à rédiger le CR de suivi individuel exigé par l’ED pour l’autorisation de réinscription. Par conformité avec les textes réglementaires encadrant le doctorat, elle doit être menée par deux personnes formant un "comité de suivi individuel". Charge au tuteur de trouver cette deuxième personne, si possible en dehors de l’équipe du doctorant.