Séminaires : Séminaire Groupes Réductifs et Formes Automorphes

Equipe(s) : fa, tn,
Responsables :Alexis Bouthier, Benoît Stroh
Email des responsables : alexis.bouthier@imj-prg.fr, benoit.stroh@imj-prg.fr
Salle :
Adresse :
Description

Orateur(s) Jean-Loup WALDSPURGER - ,
Titre Une formule intégrale reliée à la conjecture locale de Gross-Prasad
Date06/11/2008
Horaire14:00 à 15:00
RésumeLe corps de base $F$ est local, non archimédien et de caractéristique nulle. Soit $G=SO(d,F)$ le groupe spécial orthogonal d'un espace vectoriel $V$ sur $F$, de dimension finie $d$, muni d'une forme quadratique $q$ non dégénérée. Soit $v_{0}\in V$ tel que $q(v_{0})\not=0$, notons $H=SO(d-1,F)$ le fixateur de $v_{0}$ dans $G$. Soit $\pi$, resp. $\sigma$, une représentation admissible irréductible de $G$, resp. $H$. On note $m(\sigma,\pi)$ la dimension de l'espace $Hom_{H}(\pi_{|H},\sigma)$. On sait que cette dimension est égale à $0$ ou $1$. On présente ici une formule intégrale qui calcule $m(\sigma,\pi)$ à l'aide des caractères de $\sigma$ et $\pi$, sous l'hypothèse que $\pi$ est supercuspidale. Soit maintenant $\Pi$, resp. $\Sigma$, un $L$-paquet de représentations tempérées de $G$, resp. $H$ (on utilise la variante due à Vogan de la notion de $L$-paquet). Une forme faible de la conjecture de Gross et Prasad prédit qu'il y a un unique couple $(\sigma,\pi)\in \Sigma\times \Pi$ tel que $m(\sigma,\pi)=1$. En admettant quelques propriétés attendues des $L$-paquets, notre formule intégrale entraîne cette assertion dans le cas où le paquet $\Pi$ n'est composé que de supercuspidales.
Salle
Adresse
© IMJ-PRG