Séminaires : Séminaire de Topologie

Equipe(s) : tga,
Responsables :Catherine Gille et Najib Idrissi
Email des responsables :
Salle : 1016
Adresse :Sophie Germain
Description

Un plan d’accès est disponible ici.

Pour vous inscrire à la liste de diffusion du séminaire, veuillez vous rendre à cette adresse.

Cette année (2021-2022), le séminaire de topologie évolue.

Des séances ponctuelles seront organisées tout au long de l'année et nous vous en tiendrons informé(e)s sur cette liste de diffusion.

Par ailleurs, il vous sera proposé d'assister ensemble à des projections en direct du séminaire [K-OS] (Knot Online Seminar), coorganisé par Emmanuel Wagner. Ces séances auront lieu les jeudis à 14h en salle 1016 du bâtiment Sophie Germain (Université de Paris, Campus des Grands Moulins) et ce à partir du jeudi 2 décembre.

Pour plus d'informations sur le programme vous pouvez consulter https://lrobert.perso.math.cnrs.fr/kos.html.

Les séances seront également annoncées via la liste de diffusion du séminaire.


Orateur(s) Maxime Lucas - INRIA / Université de Nantes,
Titre Vers un cadre général pour la construction de résolution par réécriture
Date10/03/2020
Horaire10:30 à 11:30
Diffusion
Résume

Les constructions fonctorielles de résolutions produisent des résolutions qui sont en général trop grosses pour être utilisables concrètement. Par exemple, la bar résolution d'une algèbre A n'est finiment engendré que si A est de dimension finie. La réécriture de dimension supérieure cherche à exploiter la donnée d'une présentation de A pour produire une "petite" résolution (bien qu'elle ne soit que rarement minimale). Les bases de Grobner par exemples permettent de construire de petites résolutions d'algèbres associatives ou d'opérades shuffle.

Le point de départ de cet exposé est le théorème de Squier homotopique. A l'origine, il permet calculer des présentations cohérentes de monoides, ce qui peut être vu comme une résolution partielle. Des résultats analogues ont depuis été démontré pour d'autres structures (PROs, PROPs, algèbres, ...). Cependant les preuves de chacun de ces résultats sont aujourd'hui indépendantes. Dans cet exposé on présentera les pistes permettant d'envisager une preuve commune de tous ces résultats, et leur extension en dimension supérieur, généralisant aussi les résultats connus sur les bases de Grobner.

Salle1016
AdresseSophie Germain
© IMJ-PRG